L’entrepreneurship de la pieuvre

Entrepreneurship chez les pieuvres, peut-être est-ce un concept étrange, voire franchement anthropomorphique, quoique… Après le gène TP53 des éléphants, gage de la survie de l’espèce (cf La biologie des entreprises résilientes), Correspondances continue de puiser dans les sciences des animaux des analogies iconoclastes et pertinentes au profit des problématiques de transformation de nos entreprises.

Nous avons tous entendu parler de Paul le poulpe, l’oracle d’Oberhausen, et des débats enflammés sur l’origine de son talent divinatoire presque parfait lors des matchs de l’Euro 2008 et de la coupe du monde de football de 2010. Présente aussi dans les symboles et l’imaginaire, de Victor Hugo à James Bond, de la mafia au Pirate des Caraïbes,  sans oublié le Kraken, la pieuvre n’a pas bonne presse. Et pourtant!

Avec 3 coeurs et 9 cerveaux, la pieuvre démontre de l’habileté, de la résilience , le goût du jeu et des capacités d’adaptation remarquables. Ouvrir des bocaux, utiliser des outils, imiter, se transformer, se réparer après la perte d’un tentacule, ou passer par des passages étroits grâce à son absence de squelette sont autant de savoir-faire fascinants. Le plus intéressant pour nos préoccupations – qui ne sont pas que zoologiques –  est qu’après avoir débranché les liaisons nerveuses entre le cerveau de l’octopode et ses tentacules, des chercheurs se sont aperçus qu’il continuait de réagir de manière adaptée à des stimuli. Ses cerveaux permettent d’adopter une attitude adaptée à chaque endroit de son corps que l’on sait parfois immense.

Prenons la pieuvre comme modèle pour l’entreprise: des équipes suffisamment nombreuses et agiles pour qu’il n’y ait pas de trou dans la raquette, capables de réagir en toute autonomie aux évènements au profit du développement de l’ensemble; de la puissance et une bonne appréhension de l’environnement dans toutes ses dimensions, capables de faire face à l’adversité sans dommage irréversible, et disposant de très fortes capacités d’apprentissage. Les problématiques sont traitées au bon endroit, subsidiarité rendue efficace par la décentralisation des zones cognitives et décisionnelles.

La nature a doté ce céphalopode de  l’équipement nécessaire à toute entreprise confrontée à des enjeux majeurs de transformation. Des coeurs et cerveaux répartis sur l’ensemble du corps sont également la marque des entreprises libérées. Source inépuisable d’inspiration, la nature nous donne des clés précieuses pour nous adapter à nos environnements complexes.

Gageons que nous regarderons les pieuvres d’un autre oeil!

Retrouvez ici les articles du blog – merci d’avance pour vos Correspondances!

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.