Le coucou, Satie et l’innovation 

Pas d’innovation, pas de succès ! Le succès passe par l’innovation, en termes de produits, de services, de shopping expérience, d’usage, bref de tout. Facile à dire! Alors tous out of the box! C’est ce que fait le coucou d’ailleurs, en déposant ses œufs dans le nid d’autres oiseaux n’appartenant pas à son espèce, leur laissant le soin de s’en occuper à sa place. Comme si un projet marketing voyait son développement confié à des financiers, par exemple … et pourquoi pas?  Innover n’est-il pas plus facile quand on ignore tout des paradigmes, croyances, usages qui sclérosent une fonction ? Se lancer abruptement dans une réflexion en terre inconnue, faire éclore des idées iconoclastes et leur donner corps ?

Candide ou l’optimisme
La pratique du candide dans les groupes métiers est ancienne autant que timide. Candide est invité à réagir, à questionner, à s’etonner, puis à s’en aller pour laisser les femmes et les hommes de l’art travailler.
Et si l’on allait plus loin? Si, tous candides, tous contribuant à donner corps à des idées enracinées dans d’autres disciplines que les nôtres, nous mettions radicalement en place les conditions de l’innovation? En jouant simplement et puissamment avec la diversité de nos talents?
 Heureusement qu’il n’était pas un musicien!
J’ai été frappée en lisant ces lignes qu’Eric Satie a écrites dans les  » Memoires d’un amnésique », Paris 1913 :
Tout le monde vous dira que je ne suis pas un musicien. C’est juste. Dès le début de ma carrière, je me suis, de suite, classé parmi les phonométrographes. Que l’on prenne le « Fils des Etoiles », ou les « Morceaux en forme de poire », « en Habit de Cheval », ou les « Sarabandes « , on perçoit qu’aucune idée musicale n’a présidé à la création de ces œuvres. C’est la pensée scientifique qui domine. Du reste, j’ai plus de plaisir à mesurer un son que je n’en ai à l’entendre. Le phonomètre à la main, je travaille joyeusement et sûrement.
En mesurant et associant scientifiquement les sons, Erik Satie a créé un univers musical innovant, influant, traversant durablement tous les arts avec humour.
Voici une proposition à peine audacieuse : pour innover, miser pleinement sur tous les talents de son entreprise, les combiner à l’envi, et croire qu’il y a moins de risques à confier un projet à un candide de l’entreprise qu’à un expert de l’extérieur.
Pour s’en assurer, il suffit de calculer la factorielle de vos talents: quelle puissance d’innovation, ces Talents!
Retrouvez ici les articles du blog – merci d’avance pour vos Correspondances!
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *