Boredom and brillance

Manoush Zomorodi nous livre une conférence très à propos en ces temps de rentrée :

How boredom can lead to your most brilliant ideas.

Entre constats et questionnements, nous cheminons avec elle vers des re-prises de conscience de l’addiction au digital dont est atteint nombre d’entre nous. Le coeur du sujet est en fait notre performance créative, née de ce cerveau en roue libre capable de générer des connexions improbables quand on ne l’oblige pas à slacher d’un post à un mail, d’une vidéo à un tweet.

Très légitimement, Manoush Zomorodi s’inquiète des capacités des digital natives qui n’ont jamais connu l’ennui d’une après-midi sans amis à portée de main, sans cet humus fertile à défaut d’être agréable à vivre. En cela, elle interroge notre responsabilité de parents, d’enseignants, vis à vis des générations futures.

Il est impoli de phubber ses amis à table (néologisme contractant phoning et snubbing pour snober), même si l’on est nomophobe (phobie d’être éloigné de son mobile) !

Les messages de sensibilisation sur les risques d’accoutumance aux outils et réseaux sont nombreux et commencent à se traduire en acte de différentes façon, allant de la cure de detox, aux chartes sur le droit à la déconnexion. A lire dans Les Echos, des applications ont même vu le jour pour … mieux gérer son temps sur son smartphone et réussir sa diète…

Tester sa dépendance aux outils est une démarche d’autant plus saine que ce monde virtuel crée du réel, qu’il s’agisse des fake news qui fabriquent de l’opinion et des votes, ou, plus positivement, les modes.

Comme l’alcool et le tabac, les outils connectés procurent du plaisir mais peuvent rapidement créer une dépendance massive, ils sont en vente libre mais objets de préoccupations du législateur (en France). Et nous le savons….

La notion de synchronicité, dont Karl Gustav Jung est l’auteur, évoque ces coïncidences curieuses auxquelles certains prêtent un sens. La lecture de cette conférence TEDx, ce matin de reprise pour moi, sas après 2 semaines de break dans une belle énergie marine, m’a frappée et donné envie d’écrire ce post immédiatement. Je vais essayer de garder quelque chose de ce boredom poétique des vacances, d’être parfois pelleteux de nuages – comme disent nos amis canadiens – interstitielle aussi.

Je vous souhaite une belle rentrée et ce qu’il faut d’ennui pour nourrir votre capacité à créer de nouveaux liens et à imaginer, sans forcer, l’idée géniale qui vous fera gagner tellement de temps, elle!

Retrouvez ici les articles du blog – merci d’avance pour vos Correspondances!

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *